Translate

samedi 4 mars 2017

Contribution : Qu’Allah sauve le Mali des prédateurs !

Yéli Sissoko
Le football malien traverse une crise sans précédent. Au moment où le pays va mal et que le sport reste un vecteur d’unification, des dirigeants sans scrupules leurs manques de civismes et de patriotisme. Nos enfants sont laissés à eux-mêmes.
1- Le premier responsable de cette situation, demeure le président de la République Ibrahim Boubacar Keita «IBK». Le football malien est en crise depuis 3 ans, ce monsieur a été incapable de trouver une solution radicale, si les négociations n’aboutissent pas.
2- Le ministre des Sports Housseynou Amion Guindo. Voilà un monsieur, qui se prenne comme un «Roi». Depuis son arrivé au département des sports, c’est la dégringolade au fil du temps. Oui ! Les problèmes sur les conditions de voyage de nos sportifs à travers le monde, ne sont pas pris au sérieux. Et nous sommes souvent confrontés à des problèmes de visa dans les ambassades. Depuis son avènement à ce poste, il créé des crises là où il n'y a pas, dans les différentes fédérations comme l’Hippisme et la FEMAFOOT.
3 - Baba Diarra et compagnie. Un monsieur qui a de la rancœur et trop revanchard. Baba n’a aucun moment montré son amour pour le Mali. Sinon durant combien d'année, il est à la tête du football malien, sans trouver une solution adéquate. Si, j'étais lui, j'allais démissionner, pour le bien de tous. Mais, ça ne m’étonne pas, car ce monsieur n'a pas une politique pour développement du football au Mali. Les résultats de nos jeunes c'étaient du hasard, car au Mali y'a une seule Académie de football (JMG) et ni école de football conforme aux normes internationales. Comme en Sénégal tout près y'a une dizaine (Génération Foot, Diambars, Dakar Sacré-Cœur, Excellence Foot, Académie Oslo…). Au lieu de penser à cela, ce monsieur nous mène en bateau dans une destination que l’on ignore.
4- Yeli Sissoko, le malhonnête et ses inconscientes. Ce monsieur assoiffé du pouvoir, n'a aucune dignité et aucune estime pour son pays, le Mali. Pour lui, ce qui compte, c'est son intérêt personnel. Pour cela, il est soutenu par des imbéciles comme lui, pour prendre en otage l'avenir de nos enfants.

Par Boubacar Dramane TRAORÉ dit Balhadji, entraineur de foot
Enregistrer un commentaire