Translate

mardi 14 février 2017

Afin que nul n'oublie : Bakary Samaké alias «Piantoni»

Bakary Samaké (Stade malien)
Après avoir fait ses armes à l'Espérance de Médina Coura, il s'oriente naturellement aux aurores de l'indépendance, vers le stade malien de Bamako issu de la fusion entre son club d'origine et la Jeanne D'Arc.
Grâce à ses qualités humaines et sportives, il en devient le premier capitaine et remporte la première coupe du Mali en compagnie de Samba Bass, Mamadou Keita «Assurance», Abdoulaye Fané, Alioune Badra Diouf, Seydou Ndaw, Tiécoura Bouaré, Demba Dembélé...Au niveau de l'équipe nationale appelée «la sélection», il prend le brassard de capitaine et réalise de nombreuses campagnes comme les «jeux des nouvelles forces montantes» (GANEFO) en Indonésie.
Au milieu des années 60, avec l’âge il se retire des terrains et se consacre à son métier de banquier, sans pour autant quitter le milieu du football où ses conseils sont d'une grande utilité pour ses cadets. En effet ceux-ci affirment qu'il tenait au respect des coéquipiers et des adversaires. «Piantoni» pour les intimes, en référence à l’attaquant des années 50 du stade de Reims Roger Piantoni, quittait Kati tous les vendredis pour se retrouver avec ses camarades de promotions (au niveau du football), au pied de l'immeuble «mondial sports». C'était l'occasion pour les curieux d'écouter les anecdotes des années 60, sur et en dehors du terrain et cela dans une bonne ambiance, jusqu'à ce que la maladie l'en empêche.
Le 14 février 2014, soit 5 jours après la disparition de Boubacar Sidibé «Jardin», «Piantoni» rend l'âme. Depuis, son nom n'apparait qu'au détour des conversations des nostalgiques, seul son club organise une fois par an, une journée de prière à l'endroit des disparus. Aucune action n'est menée, afin que nul n'oublie celui qui fut le premier capitaine du stade malien et de l'équipe nationale du Mali. Dors en paix champion. «À Dieu nous appartenons et à lui nous retournons».

Mohamed SOUMARÉ, Consultant Sportif
Enregistrer un commentaire