Translate

samedi 18 novembre 2017

Albanie U19 : Et de 6 pour Abdoulaye Toungara

Abdoulaye Toungara (Flumurtari)
Flamurtari FC est allé s’imposé devant Elbasan (3-0), ce samedi, lors de la 9ème journée du championnat des U19 d’Albanie. Le jeune attaquant malien Abdoulaye Ibrahima Toungara, a délivré une passe décisive pour l’ouverture du score de Flamurtari (49’), avant de marquer 2ème but à la 51ème minute de jeu. Il compte désormais à 6 réalisations cette saison dans ce championnat.
Bréhima DIAKITÉ

Angleterre (D2): Nouha Dicko sauve les Tigers

Nouha Dicko (Hull City)
Hull City a concédé le match nul à domicile avec Ipswich Town (2-2), ce samedi, lors de la 17ème journée de la Championship (D2 anglaise). Nouha Dicko a marqué à la 51ème minute de jeu, le deuxième but des Tigers dans cette rencontre. C’est son troisième but cette saison dans ce championnat, le quatrième toutes compétitions confondues.
Bréhima DIAKITÉ

vendredi 17 novembre 2017

France (D2) : Malaly Dembélé frappe encore

Malaly Dembélé (Nancy)
Nancy-Lorraine a fait match nul avec l’AC Ajaccio (2-2), ce vendredi,  pour le compte de la 15ème journée de la Ligue 2. Titulaire, le jeune Malaly Dembélé (20 ans), a maqué le deuxième but nancéen à la 17ème minute de jeu. C’est son 2ème but cette saison dans ce championnat.
Bréhima DIAKITÉ

Algérie (D1) : Doussé Kodjo ouvre son compteur

Doussé Kodjo (DRB Tadjenanet)
DRB Tadjenanet a perdu en déplacement devant le Mouloudia Club d’Algérie (1-2), ce vendredi, lors de la 12ème journée de la Ligue 1 algérienne. Menés au score dès la 12ème minute de jeu, les visiteurs de DRB Tadjenanet, ne reviennent à la marque qu’en seconde période, grâce à une réalisation à la 49ème minute de l’international malien Doussé Kodjo. C’est son tout premier but sous ses nouvelles couleurs depuis son arrivé cet été, en provenance de l’AS Real  de Bamako.
Bréhima DIAKITÉ

mardi 14 novembre 2017

Maroc : Hervé Renard, de «sorcier blanc» à Roi d’Afrique

Hervé Renard, sélectionneur du Maroc
S’il y a un sélectionneur européen qui se fait de plus en plus aduler sur le continent africain aujourd’hui, c’est bien Hervé Renard. Après avoir remporté la Coupe d’Afrique des Nations avec la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015, le technicien français vient de qualifier le Maroc à une phase finale de Coupe du monde, après 20 ans d’attente.
Partout où il est passé en Afrique, Hervé Renard a laissé ses empreintes. Alors sélectionneur de la Zambie, il a remporté la CAN 2012 au Gabon face aux Éléphants de la Côte d’Ivoire (0-0, TAB 8-7). En 2015 en Guinée équatoriale, il confirme sur le banc de la Côte d’Ivoire sans Didier Drogba, mais avec les frères Yaya et Kolo Touré. Après un début difficile face à la Guinée et au Mali, deux rencontres soldées par des nuls (1-1), la Côte d’Ivoire parvient à «tuer» sa bête noire le Cameroun (1-0), pour se qualifier en quarts. Contre toute attente, Hervé Renard a encore à soulever le trophée continental en dominant en finale le Ghana (0-0, TAB 9-8). «C'est un bosseur, avec cette faculté à se transcender et à transcender les joueurs autour de lui. Je l'ai toujours vu travailler, mais ça n'a pas suffi, c'est vrai, à ce qu'il fasse une carrière pro. Mais ça l'a aidé pour se construire une très grande carrière d'entraîneur. Il récolte aujourd'hui le fruit de son travail et de ses compétences», a indiqué Michel Dussuyer, ancien sélectionneur de la Guinée et de la Côte d’Ivoire.
Renard met fin à 20 ans de disette au Maroc
Arrivé à la tête de la formation marocaine en 2016, l’homme à la chemise blanche Renard ne parviendra pas à rééditer cet exploit à la dernière CAN en 2017 au Gabon où le Maroc s’était fait éliminer en quarts par l’Égypte (1-0). Mais, ce n’était que partie remise. Il vient d’offrir au royaume chérifien sa cinquième qualification à une phase finale de Coupe du monde, la première depuis 1998 en France. «La qualification du Maroc ? Je me suis dit que c'était une nouvelle superbe performance de sa part. Il a déjà gagné deux Coupes d'Afrique, et aujourd'hui il se qualifie pour la Coupe du monde... Encore un objectif atteint. Il est sur les sommets. Partout où il est passé en Afrique, cela a été une réussite, excepté peut-être l'Angola. Il a remporté une CAN inespérée avec la Zambie (2012). Avec la Côte d'Ivoire, il a fait de même à un moment où on s'y attendait le moins (2015). Et le voilà au Mondial, 20 ans après la dernière participation du Maroc. En Afrique, avec toutes ces performances, il a une image très forte», a-t-il ajouté.
Bréhima DIAKITÉ


Maroc : Renard passe à 48 millions FCFA par mois
L’équipe nationale du Maroc s’est qualifiée en Coupe du monde en s’offrant la Côte d’Ivoire à domicile (0-2) et en finissant leader de son groupe avec 12 points. Les Lions de l’Atlas, comme leur sélectionneur ont été matériellement et logiquement gratifiés après leur prouesse. Le salaire d’Hervé Renard est passé de 600.000 DH (36 millions FCFA) à 800.000 DH par mois (48 millions FCFA). Il devient ainsi l'un des entraîneurs les mieux payés du continent africain. Les Lions de l’Atlas ont également empoché un sacré jackpot après leur victoire éclatante. Chaque joueur touchera une récompense mirobolante de 1.000.000 DH (60 millions FCFA) pour leur qualification en Coupe du monde.


Mondial 2018 : Nigeria, Égypte, Sénégal, Maroc et Tunisie à la loupe

Victor Moses (Nigeria)
C’est la fin des éliminatoires dans la zone Afrique. Le Nigeria, l’Égypte, le Sénégal, le Maroc et la Tunisie seront les cinq représentants du continent à la 21ème édition de la Coupe du monde Russie 2018. L’objectif est de voir une ou deux équipes se hisser dans le carré d’as, ce qui serait une performance historique, le meilleur résultat étant jusque-là des quarts de finale avec le Cameroun (1990), le Sénégal (2002) et le Ghana (2010).
Absent de cette édition 2018, le Cameroun avec 7 participations à une phase finale de Coupe du monde détient toujours record (1982, 1990, 1994, 1998, 2002, 2010, 2014).
Nigeria : Les Super Eagles en porte-étendard
C’est l’équipe africaine la plus habituée à cette phase finale de Coupe du monde depuis 1994 aux USA. Vainqueur à 5 reprises du Mondial U17, deux fois finalistes chez les U20 et vainqueur des JO en 1996, le Nigeria sera sans aucun doute le porte-étendard du continent africain en Russie 2018. Pour leur 6ème participation, la 3ème consécutive depuis 2010 en Afrique du Sud, les Super Eagles ont composté leur ticket dans un groupe B qualifié de celui de la «mort» des éliminatoires du Mondial zone Afrique. Victor Moses et ses coéquipiers ont engrangé avec 14 points en 6 journées (4 victoires, 2 nuls, 14 buts marqués pour 4 encaissés), devant la Zambie, le Cameroun ou encore l’Algérie. Déjà en 8èmes de finale en 1994 aux USA, en 1998 en France et en 2014 au Brésil, les Super Eagles peuvent faire vibrer le continent lors de Russie 2018.
Égypte : Le retour triomphal des Pharaons
Mohamed Salah (Egypte)
C’est après 28 ans de disette que les Pharaons d’Égypte retrouveront la phase finale de la Coupe du monde, grâce à leur génie créateur Mohamed Salah «Picasso». Star de la sélection égyptienne, l’attaquant de Liverpool FC a inscrit 5 buts précieux lors de ces éliminatoires, qui ont certainement pesé dans la qualification des siens. Les Égyptiens ont ainsi barré la route au Ghana, qui était bien présent lors des trois dernières éditions. L’Égypte a terminé à la tête du groupe E avec 13 points en 6 journées (8 buts marqués, 4 encaissés), devant l’Ouganda, le Ghana et le Congo. Si l’Égypte n’a pas franchi le 1er tour, lors de ces deux dernières participations à la phase finale de Coupe du monde en 1934 et 1990, la bande à Mohamed Salah espère écrire une nouvelle page des Pharaons en lettres d’or en Russie.
Sénégal : Les Lions sont là après 16 ans d’attente
Sadio Mané (Sénégal)
Il a fallu une longue attente de 16 ans pour revoir les Lions du Sénégal à une phase finale de Coupe du monde, après celle de 2002 où ils avaient atteint les quarts de finale. El Hadj Diouf et sa bande avaient créé la grosse sensation en match d’ouverture, en surprenant la France (1-0). Un homme qui était de cette belle épopée en tant que joueur, Aliou Cissé, vient de permettre au Sénégal de retrouver le gotha du football mondial. Sur le banc de cette sélection depuis 2 ans, l’ancien capitaine des Lions a connu un parcours exceptionnel en éliminatoires dans le groupe D, avec 11 points en 5 journées et un match en mois (3 victoires, 2 nuls, 8 buts marqués et 2 encaissés), devant le Burkina Faso, le Cap-Vert et l’Afrique du Sud. Sadio Mané et ses coéquipiers comptent faire oublier la «génération 2002» en Russie 2018, en espérant faire un parcours honorable.
Maroc : Les Lions de l’Atlas comme dans un rêve
Hakim Ziyech (Maroc)
Les hommes d’Hervé Renard ont été époustouflants tout au long de ces éliminatoires du Mondial 2018. En 6 matchs, cette formation marocaine n’a encaissé le moindre but et en a inscrit 11, pour finir en tête du groupe C avec 12 points, devant la Côte d’Ivoire, le Gabon et le Mali. Il faut dire que ce n’était pas gagné d’avance, mais les Lions de l’Atlas se sont métamorphosés au fil des matchs, grâce à l’orfèvre Hervé Renard. Le technicien français a donc réussi à qualifier le Maroc pour la cinquième phase finale de Coupe du monde depuis 1998. À noter que le Maroc a été le premier pays africain à franchir le 1er tour d’une phase finale de Coupe du monde en 1986 au Mexique. En Russie, les Marocains veulent franchir un autre palier.
Tunisie : Les Aigles de Carthage toujours présents
Youssef Msakni (Tunisie)
C’est avec un sélectionneur local que la Tunisie signe également son retour à une phase finale de Coupe du monde, depuis 2006 en Allemagne. Il s’agit de Nabil Maâloul… Ce dernier a su redynamiser une sélection tunisienne au bout du gouffre, après une CAN 2017 chaotique dont elle a été éliminée dès les quarts de finale par l’Égypte (1-0). Ainsi, la Tunisie va se ressaisir dans les éliminatoires du Mondial 2018 sous les commandes de Nabil Maâloul, en survolant le groupe A avec 14 points en 6 matchs (4 victoires, 2 nuls, 11 buts marqués et 4 encaissés), devant la RD Congo, la Libye et la Guinée. Lors de ses quatre dernières participations, la Tunisie n’a jamais franchi le 1er tour. Mais, pour l’édition 2018 en Russie, les Aigles de Carthage veulent créer la sensation.
Bréhima DIAKITÉ

lundi 13 novembre 2017

RD Congo (D1) : Fousseyni Coulibaly décisif d’entrée

Fousseyni Coulibaly (FC Renaissance)
Le FC Renaissance du Congo a battu le Football club Max Mokey Étanchéité (1-0), hier, dans le cadre de la 1ère journée du championnat d’élite de la République Démocratique du Congo. L’unique but de cette rencontre est l’œuvre de sa nouvelle recrue malienne Fousseyni Coulibaly, à la 89ème minute de jeu. Une très bonne entame de saison pour le milieu de terrain malien sous ses nouvelles couleurs du FC Renaissance.
Bréhima DIAKITÉ